Jean-Baptiste Rousseau b.1670 PARIS. D 1741
Once a greatly admired poet. Wrote Psalms, Odes, Cantatas, Allegories and Epitres.
Les lettres de Jean-Baptiste Rousseau sur differants sujets de litterature
1749-50 5vols. Edited by Louis Racine 1692-1763; 17th child of great Racine, a modest man of letters.

Epitre II sur l'Hommme. A M. Le Chevalier Ramsay

Tout mortel en naissant apporte dans son coeur
Une loi, qui du crime y grace la terreur
Mais si pour conserver ce rayon salutaire
De la societé le lien nesessaire
Par de secondes loix si nos deviors connus
Si de fréquens avis, d'examples soutenus
Ne sont, par un concours d'heureuses influences
Germer de nos vertus les tradives semences
Cher Ramsay, que bientôt, père de tous forfaits
L'orgueil (étoit-ce ainsi qu'un Dieu nois avoit faits?)
Va jetter dans ce coeur de funestes racines;
Que ce champ produira de rouces et d'epines!

Et quand nos maux communs nous devroient réunir
Pourquoi l'un contre l'autre armés pour nous punir
voulons-nous donc hâter la Vengeance celeste?
L'homme est toujours pour l'homme un ennemi funeste
Quels perfides complots, quels barbares transports
Que d'horreurs, cher ami, que de sang, que de morts

Quels crimes qu'a regret on est forcé de croire
Offre le genre-humain dans sa tragique histoire!
Autrefois disperses feroces et muets
Les hommes, nous dit-on errans dans les forêts
Quoiqu'ils n'eussent encor que les ongles pou armes
Les remplissoiente de cris, de meutres, et d'alarmes
Et ce qu'êtoient alors nos sauvages ayeux
Une fille en nos jours l'a fait voir à nos yeux.

Ce n'êtoient point de mots qu'articuloit sa bouche
Il n'en ortait qu'un son, cri percant et farouche.
Des vivans animaux qhe déchiroit sa main
Les morceaux palpitans assouvissoient sa faim
Des l'enfance elle erra de montagne en montagne
Et souilla ses déserts du sang de sa compagne
Poourquoi l'immola-t-elle a ses prompts fureurs?
Quel interêt si grand vint separer deux coeurs
Qu'unissoient leurs forets, leur age, et leur miseres?
Reconnoissons les moeurs de nos antiques peres.

Une fille etc... Cette étonnante fille, triste example di ce que nous serions sans l;education et la societé fut trouvée par hazard il-y-a 15 ans pres de Challons en Champagne et est maintenant dans un couvent de cette province. Apres toutes les peines qu'on a prise pouradoucir sa ferocité elle en conserve quelque restes dans les regards et les manieres; elle aime ne notre nourriture ni la societé, ou elle ne reste que par obeissance a Dieu. La religion dont elle est instruite, l'empêche, dit-elle de retourner dans les bois. Comme elle y-avoit été abandonneé des la plus tendre enfance, elle ignore ou elle est née, et se souvient seulement d'avoir tué une compagne de sa solitude. C'est tout ce qu'elle a pu raconter de son histoire.

Back to Notes on Knowledge of Angels

Back to Jill Paton Walsh's Home page